Master Poké - RPG pokémon Index du Forum

Poster un nouveau sujet  Répondre au sujet
(Page 1 sur 1)
Au son des Tambours

Marlen Melikov

Dresseur Johto



Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 240

Région: Johto
Pokédollars: 3 051
T-Card: URL


MessagePosté le: Ven 10 Mai - 20:17 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Debout sur le sommet d’une colline, à l’ombre d’un arbre, le Russe observait leur campement en contrebas. La nuit battait son plein, le ciel était dégagé du moindre nuage, et la lune n’était qu’un fin sourire planté sur cette voute étoilée… C’était une nuit parfaite. C’était le début d’une nuit parfaite qui s’écroulait petit à petit sous les yeux du Braconnier… Il le savait… Que ça finirait par arriver. Il le savait qu’ils ne pouvaient pas rester tranquille aussi longtemps. Son regard terne fixait inexorablement les tentes, où des hurlements de colère et de douleur s’élevaient. Il n’y avait pas d’incendie, pas de lumière caractéristique d’une attaque. Tout semblait se dérouler rapidement, et ses hommes n’étaient pas capable de tenir le choc. Trois années à les entrainer qui s’écroulaient sous ses yeux ? Non… Bien sûr que non. S’il ne se trompait pas, il n’y aurait aucun mort. Du moins, théoriquement. Immobile, Marlen continuait de fixer ce carnage qu’il ne pouvait pas voir de là où il était… Affichant un regard vide… Il ne pouvait plus faire demi tour. S’il avait espéré pouvoir s’enfuir, il ne le souhaitait plus. Oh non. Ils avaient été trop loin. Il avait été trop loin. Ici, c’était son territoire à présent n’est-ce pas ? Et si son groupe tombait, alors tout ce qu’il avait mit en œuvre s’effondrerait. Il aurait un échec. Pas le petit échec comme il avait put avoir il y a de ça, quelques semaines… Mais plutôt le gros. Celui dont on ne se relève pas. Celui qui nous achève. Celui qui nous dit, que notre guerre à était perdu, celui qui nous force à déposer les armes, à donner son destin aux ennemis pour qu’ils choisissent si oui, ou non, ils vous laisseront vivre.

- Imbécile.

Il cracha l’insulte, tout en serrant les poings alors que la givrali tournait le regard vers lui. Elle ne l’avait pas lâché d’une seule semelle depuis l’incident. Depuis son affrontement contre Alan. Elle le savait d’ailleurs, tout autant que lui, qu’il n’était pas apte à se battre. Cela ne faisait qu’une seule semaine que tout c’était déroulé. Cette blessure profonde au torse et au dos, suite à la morsure de sa vieille amie n’était pas totalement refermé… Et ses côtes restaient encore douloureuses… Les Médecins lui avaient dit de ne pas faire l’idiot les prochaine semaine. Ils lui avaient dit de rester tranquille, d’éviter tout conflit. C’était bien pour cela d’ailleurs, que Jason était partie dans un autre campement, pour régler quelques problèmes de tensions entre plusieurs de ses hommes. Jamais il n’aurait pensé qu’ils agiraient cette nuit. Jamais il n’avait pensé que son temps c’était tellement réduit… Le croyaient-ils mort ? Voila une chose qui ne l’étonnerait même pas. Il faut dire qu’il était resté tellement loin de tout pendant tant d’année…

Puis un homme accompagné par un Galam fit sont apparition, par téléportation, juste à côté du Braconnier.

- Ils sont plusieurs je crois, Marlen… Ils agissent vite, on ne les voit pas arriver et nous mettent à terre en un tour de main…
- Je vais m’en occuper…
- Mais, tu n’es pas encore guérit ! Et tes blessures ?!
- Qu’est-ce que ça change ? Si je n’ai plus d’homme à diriger, je serais tout autant dans le pétrin. Met les autres à l'abri. Et Dis à Jason que je ne veux pas qu'il interfère.
- Bien.

Marlen ne lui laissait pas vraiment le choix. L’homme au Galam fronça les sourcils, alors que le Russe avait finit par se mettre en route, descendant tranquillement la colline. Il semblait calme et serein, bien que le regard dans le vague. Il avait mal. Ses côtes ne le laissaient pas en paix. Mais qu’importe. S’il échouait maintenant, il ne se relèverait peut-être plus.
Ses pas le menèrent inexorablement jusqu’au campement, alors qu’un silence de mort semblait s’être abattu sur la zone. Pas un seul chant de Hoothoot dans le lointain, ni même le moindre bourdonnement d’un pokemon insecte nocturne, encore moins le bruissement d’un buisson au passage d’un Mystherbe… Rien… Des hommes courraient pour fuir, de temps en temps. Certains s’arrêtant pour demander à Marlen de filer, mais le regard glacial qu’il leur offrit leur fit changer d’avis… Ces hommes n'étaient pas les plus courageux, bien au contraire, mais ils étaient utile dans bien d'autre domaine, et c'était ça que le brun visait exactement chez eux.

Marlen finit par s'arrêter dans l’allée principal du campement, alors qu’il dégainait la dague qu’il avait à son côté. Puis ses yeux se posèrent sur une silhouette qu’il n’avait plus revu depuis un moment, si ce n’est ce jour là, lors de la mission donné par le Project Law. Mais bon. Ils n’avaient pas put se parler, du moins, pas tout à fait... Il c'était vite éclipsé. Là c’était différent. Il savait qu’ils étaient venu pour démolir un des multiples groupe de Braconnier qui sévissait dans la région. Il savait aussi que le responsable était le premier visé. Et pour le coup, le responsable, c’était lui... Il savait qu'il ne pouvait pas fuir, qu'il devrait faire face. Mais ça ne l'effrayait pas vraiment. S'il voulait mourir, il ne pouvait rêver mieux que de passer l'arme à gauche avec l'aide de l'un d'entre eux. Enfin. Peut-être pas lui. Lui, il le détestait depuis un moment déjà. Il aurait aimé ne plus avoir à faire à lui... Combien de temps déjà ? Un peu plus de trois ans, tout au plus... S'il comptait bien.

- C’est une magnifique nuit que voila mon ami… Dommage que tu ne puisses pas voir le sourire de la lune, je suis sûr qu’il te plairait…

Un léger sourire passa sur ses lèvres, alors qu’il se tournait vers son vis-à-vis. Son regard put ainsi le détailler, alors qu’un léger rire s’échappait de lui… Grand, aux cheveux courts et sombres… Des lunettes pour cacher ses yeux, des cicatrices traçant sa peau tout autour… C’était sûr qu’il avait énormément changé à ce niveau là… Depuis la dernière fois qu’ils c’étaient vu. D’ailleurs… Lui aussi avait changé depuis lors. Mais là, son adversaire ne pourrait pas s’en rendre compte.

- Dis moi comment je dois t’appeler maintenant ?

Si l’autre ne pouvait sans doute pas voir son regard glacial, il était certain que le ton qu’il avait prit pour lâcher ses mots, en disait long sur ce qu’il pouvait penser de tout ça… 

_________________


T-Card
~ Un Thème
"Je suis sans pitié, sans scrupule,
Sans compassion, sans indulgence,
Pas sans intelligence.
"
[Kill Bill: Volume 1]
Revenir en haut

Arthur Stockton

Ligue 4



Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 2 092

Région: Hoenn, Johto.
Pokédollars: 83 776
T-Card: URL


MessagePosté le: Dim 19 Mai - 09:41 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

Il n'y avait pas de regrets à avoir. C'était ce que l'actuel Champion de la Ligue, Arthur Stockton, se disait, tentant presque de se persuader alors qu'il faisait face à un de ses amis, un de ses amis, un de ceux qui appartenait à son ancienne vie. Pourtant, le mal-être qu'il ressentait ne disparaissait pas. Et il ne trouva rien de mieux qu'une phrase assassine pour s'introduire. Blesser ou être blessé... Pourquoi pas les deux ?
Il ne s'était pas attendu à tomber sur lui, on lui avait caché cette information, sûrement pour son bien, vu la réaction qu'il était en train de faire, à tomber sur lui de cette manière, pas à ce moment-là, pas en ces circonstances, surtout pas dans ce contexte.
Cette nuit-là, Arthur Stockton était redevenu Blade Jameson, celui qui agissait dans l'ombre, rapide, silencieux, efficace. Il s'était infiltré sans problème, sa mission n'était pas compliqué, il devait ouvrir la voie vers le gros poisson en s'occupant du menu fretin. Il avait le talent et l'expérience pour cela, si son organisation comptait sur lui, ce n'était pas pour rien.

Le problème résidait dans le contexte. Le braconnage. S'ils avaient décidé d'agir c'est parce qu'encore une fois les forces publiques n'avaient pas été envoyées pour régler le compte de ce groupe qui perpétrait des actions contre les Pokémon. Ils avaient pourtant essayé de prévenir les forces de l'ordre, leur apportant des indices, des preuves là où des meurtres, des enlèvements avaient été commis, mais rien n'y avait fait. Alors cette nuit, c'était à eux d'agir. Et Arthur était en première ligne.
    « Tu es seul pour cet assaut, quand ils sont tous hors d'état de nuire, tu reviens vers nous, immédiatement. »
La voix avait été volontairement sèche, mais il n'avait pas besoin de cela. Leon avait du mal à le laisser partir sous sa responsabilité, à nouveau. L'idée qu'un accident se reproduise, qu'une mission lui échappe à nouveau, hantait ses nuits qui étaient pourtant déjà bien courtes. L'agent demandait la prudence tout en sachant la soif de combattre du jeune homme. Depuis qu'il avait eu vent de l'affaire et s'était renseigné sur leurs activités, il n'avait qu'en envie : se venger de cette ordure qui semblait tenir les ficelles. L'image aurait sûrement été autre s'il avait su dès le départ qui était derrière tout ça, qui était l'ordure en question.
    « Sois prudent, ils sont entraînés.
    - Un jeu d'enfant. »
C'en était un, pour lui. Il sortit sa lame, il venait de semer la pagaille en éteignant une des lampes et en assommant un garde, puis en enfonçant son épée dans la cuisse d'un autre. Il ne tuerait pas. Il ne tuait pas, il se refusait toujours ces bassesses, même s'il avait déjà commis des erreurs. Même si d'autres arriveraient sûrement par la suite. Il n'était pas n'importe quel ranger, il était lié à une sombre organisation qui avait sa propre manière de régler ses affaires, ils ne plaisantaient pas. Ils étaient des criminels qui stoppaient les criminels, et Arthur était un exemple de réussite pour eux tous. Le jeune homme rangea sa lame dans son étui, quelques cris étouffés provenaient d'autres points du campement, ses compagnons étaient à l'œuvre aussi, Rizzen, Whistle. Son Mangriff et Arbok faisaient le tour en assommant ou étouffant leurs proies. À trois, ils étaient ainsi capables de défaire tous ces hommes.
    « Laisse ceux qui s'échappent, ils nous conduisent à leur responsable ! »
Mike et Leon étaient dans le van, dirigeant les opérations, prenant part au combat à leur manière. Une partie de l'équipe était chargée de récupérer les fuyards pour les interroger, Arthur était le rabatteur, il permettait de déblayer le gros du terrain, il détruisait leur installation, il les empêchait de s'organiser. Il les brûlait de l'intérieur.
Multipliant les actions, le jeune homme les mettait à terre un à un. Pendant plusieurs minutes, cela ne prenait si longtemps pour les mettre à terre, il fallait de toute façon agir vite, le plus rapidement possible pour que l'alerte ne soit pas donnée trop vite, pour que l'on ne puisse pas réagir, pour qu'on ne puisse pas appeler de renforts.
    « La zone est dégagée. La place aux autres.
    - Bien, rentre maintenant »
Les deux Pokémon rejoignirent leur dresseur et Arthur les rappela, avant de sentir une présence. Il remercia ses alliés à travers de leurs Pokéball, avant de les ranger à sa ceinture. Il dégaina son épée.
    « Blade ? Retourne au van.
    - Attendez. Il y a quelque chose.
    - Tu reviens. C'est un ordre.
    - Désolé. Couper communication. »
Désobéïr à Leon n'avait jamais rien de bon, mais il y avait encore quelqu'un, il le sentait, et ce quelqu'un n'était pas n'importe qui. Il augmenta la vision de ses lunettes et finit par voir cette silhouette qui s'avançait. Lui.
De nombreuses questions lui traversaient l'esprit. Pourquoi lui ? Comment en était-il arrivé là ? Quand ? Il ne parvenait pas à accepter ce qu'il était devenu. Pourtant c'était bien lui, qui avait travaillé pour le Project Law... Alors un braconnier ? Était-il tombé si bas ? N'avait-il plus aucun état d'âme ?
    « Le connard qui ne t'a pas dit toute la vérité ? Ça sonne bien, non ? Un peu long. Il y en a certains qui n'ont pas hésité à lâcher l'insulte quand j'ai retrouvé mes esprits, quand je suis revenu au sein de l'organisation. D'autres n'ont pas attendu. Oh... Oui, au fait, je n'ai pas changé de numéro, tu sais. »
Le jeune homme restait là, son épée tenue droite devant lui, pointée sur un de ses meilleurs amis, ou ennemis. Comment savoir à présent qu'ils se trouvaient face à face ?
    « Mais apparemment... Toi si. Il y a un numéro spécial pour les changements de veste ? C'était comment pour devenir braconnier, tu n'as pas pu refuser la promotion canapé ? »
Sa voix était sèche, il était énervé, il ne comprenait pas comment il avait pu se retrouver là, pourquoi on ne lui avait jamais parlé de ça, comment il avait pu ne pas le découvrir. Son accident avait-il causé des dommages collatéraux qu'on ne lui avait jamais rapporté ? Ses mains se resserrèrent sur son arme, qu'allait-il faire maintenant ? Marlen allait-il chercher à se battre ? Il ne pouvait imaginer un tel ton provenir de sa part, lui qui auparavant était si... Non... Le passé n'existait plus, il n'y avait que le présent... Mais pour comprendre le présent...
    « Que s'est-il passé ? Racontes moi ce qu'il s'est passé depuis... »
Il ne termina pas sa phrase, il n'avait pas besoin de le faire. Marlen savait. Il devait lui dire.
_________________


I have to thank you, for helping me realize two things…
First, if I don’t acquire absolute strength, then everyone around me will suffer too much damage…
And secondly, so far, I’ve just been an unrefined fool who lacks sufficient resolution…
But letting trash like you live would truly be a sorrow for untold thousands.
I’m aware that the deaths of my comrades are in the past, and there’s no need for me to swing my sword…
BUT I’LL MAKE AN EXCEPTION THIS TIME!

Thème Arthur - selon Sidney // The Rasmus - Shot

(Un grand merci à Elisa A. Kanes ! Pour touuut. Et à Iago pour l'avatar ! :) )
#660000 Arthur
#336699 Leon
#336666 Mike


Dernière édition par Arthur Stockton le Dim 30 Juin - 10:31 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut

Marlen Melikov

Dresseur Johto



Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 240

Région: Johto
Pokédollars: 3 051
T-Card: URL


MessagePosté le: Dim 26 Mai - 23:48 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

Il c’était attendu à voir tout le monde débarquer… Tous, excepté lui. C’était bien le dernier qu’il voulait réellement voir. Il savait aussi que dans le bordel qui régnait actuellement la discussion ne pourrait être évité même s’il n’avait pas envie de se justifier. Oh ça non.  Surtout pas à lui. Son regard restait dur. Fixé sur son vis-à-vis alors que son cœur battait bien plus rapidement qu’à l’origine. Si Arthur était aveugle, il savait que s’il était resté dans l’organisation, c’était parce qu’il n’avait pas perdu en efficacité. Alors… Qui, entre Arthur et lui, remporterait la victoire si combat il y avait ? Il n’était pas idiot. Il savait qu’il finirait à terre. Mais il ne voulait pas paraitre faible. Il ne l’était pas. Et l’aveugle ne pouvait pas le connaitre, son état actuel. Il ne pouvait pas savoir qu’il était plus qu’affaiblit. Avec un peu de chance, il reculerait ? Il aurait peut-être peur de l’affronter réellement ? Non… Bien sûr que non. Il pouvait le savoir, rien qu’en observant les traits sur son visage, à défaut de lire ses yeux.

Alors Marlen prit la parole, posant LA question qu’il avait en tête depuis tellement longtemps… Son ton était froid. Dur. Il n’avait pas lésiné la dessus. Il ne se retenait pas. Il n’en avait pas envie. Et il ne fut pas déçu en entendant sa réponse. Mais c’était bel et bien un peu trop long pour lui. Et puis, les insultes… Ce n’était pas vraiment pour lui. Il haussa un sourcil en entendant la fin. Il n’avait pas changé de numéro… ahah… Lui n’avait plus vraiment de téléphone de toute façon… Ce n’était plus qu’un appareil remplis de numéro dont il n’avait strictement rien à faire. De toute façon son véritable portable avait rendu l’âme cette nuit là, il y a trois ans… Noyé par le sang qu’il avait reçut… Il ne lâcha pas l’homme du regard, et alors qu’Arthur reprenant la parole son air dur disparaissait, laissant place à cet air si neutre qu’il arborait depuis tellement de temps à présent. Un retournement de veste… Devenir braconnier… promotion canapé… Un soupir s’échappa de ses lèvres, alors qu’il fermait les yeux. Alors ils lui avaient vraiment rien dit…
Marlen garda le silence. Laissant les secondes s’échapper alors que le ranger reprenait la parole… Alors il voulait savoir… Il voulait savoir ce qu’il c’était passé ? C’était étonnant qu’il voulait se renseigner maintenant tiens…

- Givrali ! KSSSSSHHHHHHHH

La fennece des glaces venait de faire un bond en avant, se mettant entre son maitre et cette vieille connaissance. Elle avait le poil hérissé, les oreilles en arrière… Elle avait une posture des plus agressive, bien que l’hésitation pouvait se voir. Elle connaissait Arthur après tout. Elle savait, que son maitre et lui avait été ami. Autrefois. Alors elle ne devait pas comprendre pourquoi la tension montait entre les deux hommes. Et prenait le partie évidement le partie de Marlen.

- Givrali. Ne t’occupes pas de ça.

Ça voix était revenu sur un calme effrayant. Une voix douce, envouteuse… Et la fennec se calma aussitôt. Elle tourna la tête vers son maitre, le questionnant du regard, avant de se reculer de quelques pas sur le côté, pas spécialement à l’aise. Arthur lui, pouvait facilement se rendre qu’il y avait quelque chose de changeait, même dans sa relation avec ses propres Pokémons. Givrali. Il l’avait appelé Givrali. Elle qui autrefois était surnommé Etoile venait de perdre le lien le plus fort avec son dresseur. Il avait mit un mur. Même entre lui et ses Pokémons.

- Alors, comme ça ils ne t’on rien dit ? Amusant…- Un léger rire s’échappa alors qu’il se mit à jouer avec sa dague…- Je n’ai pas changé de numéro. Je n’en ai plus, c’est différent. L’unique chose qui me sert à prendre contacte avec le monde est un simple ramassis de numéro d’ordure en tout genre. Je n’appel que ceux qui peuvent m’être utile sur un instant T.

Il planta sa lame dans le sol, et attrapa le pokematos qu’il avait eut pour remplacer l’ancien. Il avait d’ailleurs, une nouvelle carte SIM, l’ancienne étant bien à l’abri… Pour si jamais toute cette histoire finissait par s’arranger un jour… Il ouvrit l’objet et se mit à faire défiler ses contactes…

- Je pourrais appeler Jason… Je suis sûr que sa force pourrait m’aider. Mais bon, tu le connais, il fondrait en larme rien qu’en te voyant. Alors je crois que ce pokematos ne me sert pas plus que l’autre.

D’un geste dédaigneux, il balança l’objet sur le côté, ignorant le bruit mâte que l’appareil lâcha en s’écrasant sur une petite pierre. Brisé ? Qu’importe. Il se baissa dans la foulé pour ramasser son arme, et fit quelque pas en avant, arrivant jusqu’à la hauteur de la pointe de l’épée d’Arthur, faisant exprès de faire en sorte que cette pointe vienne à se poser pile poil à l’emplacement de son cœur. Il suffirait d’un seul geste et tout serait terminé. Un seul… Son cœur c’était emballé sans qu’il n’en sache la raison, mais il ne perdit pas le calme qu’il avait sut retrouver… Son regard fixant ses lunettes…

- Tout ce qu’il c’est passé durant ces trois ans ne te regarde pas. Ne fais pas comme-ci tu t’intéressais soudainement à ma vie. Actuellement tu es en train de piétiner tout le travail que j’ai pus faire durant ces trois dernières années… Actuellement tu es en train de ruiner MON œuvre…- Il ne lâcha toujours pas du regard, alors qu’il baissait d’un ton… Faisant en sorte que les mots n soient entendu que par Arthur, et personne d’autre…- Alan Jonhs est MA proie, tu comprends ? Je ne permettrais personne venir piétiner mes efforts alors que je suis si près du but… Surtout pas toi. J‘ai bien trop de sang sur les mains à présent, pour laisser passer ça.

Sans attendre il posa la lame de sa dague sur celle de son vis-à-vis et la poussa d’un geste sec.

- Je crois que nous n’avons plus le choix.

_________________


T-Card
~ Un Thème
"Je suis sans pitié, sans scrupule,
Sans compassion, sans indulgence,
Pas sans intelligence.
"
[Kill Bill: Volume 1]
Revenir en haut

Arthur Stockton

Ligue 4



Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 2 092

Région: Hoenn, Johto.
Pokédollars: 83 776
T-Card: URL


MessagePosté le: Dim 30 Juin - 15:05 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

À présent, plus rien ne pouvait l'aider à définir les visages de ses interlocuteurs. Même si elles représentaient une nouvelle technologie et malgré leurs qualités, elles ne pouvaient pas retranscrire aussi parfaitement que l'œil humain les émotions qui apparaissaient sur leur face. Tout ce que le jeune homme voyait à présent était une ombre dont la silhouette seule était clairement définie, dans un espace brouillé. Cette vision lui permettait d'identifier les hommes, leurs armes et leur posture pour savoir comment répondre avec sa propre lame qu'il percevait de la même façon. Pour le reste, il devait se fier à ses autres sens. Il avait toujours eu un don pour percevoir les choses, pour savoir comment anticiper les actions des autres combattants. Qu'il soit Blade ou Arthur, il avait toujours su comment il pouvait arranger les choses, que ce soit en combattant ou en discutant, la force physique ou orale, rhétorique. Jusqu'à son accident, la vie qu'il avait mené avait été totalement sous son contrôle, la moindre petite partie. On l'avait donc toujours admiré pour cela, on lui faisait confiance car il était le leader qu'il était bon d'avoir de son côté, il était le jeune homme rassurant sur qui chacun projetait un espoir qui devenait réalisable entre ses mains. Il avait toujours su maintenir ses idéaux, il avait su devenir plus fort chaque fois que la vie avait tenté de le piéger. Il s'en était finalement toujours sorti, il n'avait jamais baissé les bras, il n'avait jamais été trahi, il avait toujours su avant tout le monde comment les choses pouvaient se terminer.
Avant l'accident, il n'aurait jamais eu ce genre de problème, faisant face à un nouvel ennemi qui se trouvait être un de ses anciens meilleurs amis. Dans ces moments-là, son ouïe était le plus utile de ses sens, il lui permettait de se repérer dans l'espace encore mieux qu'avec ses lunettes et c'était finalement en captant le son de la voix de quelqu'un qu'il était capable de faire le point sur leurs émotions, leur ressenti et surtout, leur état actuel. Le problème était qu'à ce moment-là, tout l'étonnait. Avoir découvert que Hermès faisait partie maintenant de l'équipe adverse, avoir découvert par la même occasion qu'il était bel et bien en vie et qu'apparemment il lui en voulait, avoir découvert que Leon lui avait tout caché de sa situation n'était pas vraiment au programme des attentes du jeune homme. Le son de la voix de Marlen était tel qu'il ne l'avait jamais entendu, froid, distant, agressif envers lui. Les gens pouvaient-ils changer à ce point ? L'histoire avait changé, leur histoire. Arthur savait bien que depuis cette mission avortée, le plus gros échec de sa carrière et sûrement de Shadow's Path, rien n'avait été comme avant. Tout lui semblait plus difficile, moins naturel et comme un exemple parmi tant d'autres, considérer Hermès comme son ennemi était une de ces choses qu'il ne lui était pas possible d'accepter.

Les mots s'échappant de sa bouche n'étaient pas tant réfléchis, il voulait faire mouche, il voulait créer le déclic, que son ami s'explique, que la vérité soit enfin dévoilée, que tout soit plus clair dans sa tête, qu'enfin Arthur soit au courant et que l'on cesse de lui mentir, enfin.
Le Givrali du jeune homme s'avança alors, à la fin de sa tirade, comme en réponse pour lui dire qu'il n'était pas le bienvenu. Combien de fois Étoile s'était-elle lovée sur ses genoux, se laissant caresser par pourtant très peu de personnes dont il faisait partie ? Et maintenant elle-même, guidée par son maître qui ne semblait plus l'appeler par son nom, était contre lui.
Arthur ne bougeait pas, incapable de savoir quoi faire en ce moment précis, préférant donc l'immobilisme pour un instant. Mais Marlen intervint.
    « Givrali ? »
La surprise s'était échappée de ses lèvres, laissant néanmoins le jeune homme lui répondre. Il s'amusait de cette situation, qui par ailleurs, au cas où vous ne l'auriez pas compris, n'avait absolument rien de drôle. Il avait ainsi décidé de lui rendre la tâche difficile apparemment. Des ordures ? N'était-ce pas ce qu'il était devenu à présent ? Arthur le laissa faire, jusqu'à ce qu'il parle de Jason. Oui, il avait toujours été un grand sensible, mais il aurait peut-être préféré le voir lui plutôt que Marlen à cet instant. Il aurait sûrement été plus apte à tout lui expliquer, sans jeu, sans prendre ce ton dur, sans avoir ce sens du drame alors qu'il jetait son appareil de communication au sol. Il ne se mettrait pas sûrement autant en danger en s'approchant de sa lame. Arthur réajusta sa prise sur l'arme, il ne pouvait pas se permettre de faiblesse à présent.
Comment pouvait-il affirmer qu'il ne s'y intéressait que maintenant ? C'était faux ! Bien sûr que c'était faux... Il avait essayé mais tous les accès lui avaient été fermés. Il ne le croirait sûrement pas. Le jeune homme allait lui répondre, quand son interlocuteur baissa sa voix pour lui dire qu'il souhaitait s'occuper d'Alan Johns. Comment ? Alors... Mais dans quel camp était-il finalement et... Et alors pourquoi se battre ? Pour éviter de perdre le contrôle, Arthur laissa sa lame se faire dégager avant de faire un mouvement pour la recoller contre la dague.
    « Qu'est-ce que tu racontes ? Je t'ai cherché ! Je te croyais mort, comme Emma, comme Jorge ! Quand j'ai vu qu'ils ne me disaient rien, qu'ils me cachaient tout ce qui s'était passé pendant mon coma, je croyais que vous aviez tous disparu. Comment oses-tu dire que je ne t'ai pas cherché ? Il n'y avait que Leon et Mike pour m'aider à mon réveil, tu n'étais pas là. »
Marlen repoussait sa lame et Arthur fit un pas en arrière pour se dégager avant de s'élancer à nouveau. Ils avaient toujours fait jeu égal lors des entraînements, mais ils n'étaient jamais à fond dans ces moments-là. Il s'approcha de son ancien ami, leurs visages maintenant très proches et parla à son tour à voix basse.
    « Alors dis-moi, qu'est-ce que je dois penser de tout ça ? Je ne veux que la vérité. Je l'attends depuis tout ce temps. Que penserait Kenya de tout ça ? Je ne te comprends plus, Hermès. »
Le jeune homme se dégagea alors de lui, recula, avant de se tenir la tête. Cela arrivait de temps en temps, la mémoire, le choc post-traumatique, mais il devait se reprendre immédiatement, car il ne savait plus vraiment jusqu'où Hermès pouvait aller à présent. Seulement entre ça et la fatigue procurée par ses lunettes et le combat... S'il avait toujours souhaité régler les problèmes par lui-même, à ce moment-là Arthur espérait que Leon vienne rapidement à leur aide.
_________________


I have to thank you, for helping me realize two things…
First, if I don’t acquire absolute strength, then everyone around me will suffer too much damage…
And secondly, so far, I’ve just been an unrefined fool who lacks sufficient resolution…
But letting trash like you live would truly be a sorrow for untold thousands.
I’m aware that the deaths of my comrades are in the past, and there’s no need for me to swing my sword…
BUT I’LL MAKE AN EXCEPTION THIS TIME!

Thème Arthur - selon Sidney // The Rasmus - Shot

(Un grand merci à Elisa A. Kanes ! Pour touuut. Et à Iago pour l'avatar ! :) )
#660000 Arthur
#336699 Leon
#336666 Mike
Revenir en haut

Marlen Melikov

Dresseur Johto



Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 240

Région: Johto
Pokédollars: 3 051
T-Card: URL


MessagePosté le: Lun 1 Juil - 18:40 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

Visiblement l’aveugle avait été surpris par l’appellation de la fennec des glaces. Givrali. Marlen n’avait pas répondu, et c’était contenté de fixer son vis-à-vis, essayant de lire en lui, essayant de savoir ce qu’il avait derrière la tête, ce qu’il avait l’intention de faire. Mais autant dire que c’était plutôt difficile… Il c’était toujours basé sur les yeux pour savoir. Pour lire les sentiments, les ressentis. Mais là… Derrière ses lunettes il ne pouvait pas voir grand-chose, malheureusement. Ou heureusement ?… Qu’importe. Il ne pouvait cependant pas nier que la vision de ses cicatrices ne lui faisait rien. Dans le fond, le voir dans un tel état l’accablait, mais cela faisait longtemps qu’il ne faisait plus attention à se ressenti. Non. Il fixait son ancien ami et collègue, se demandant s’il aurait les trips de lui enfoncer sa lame dans le cœur… Pour éliminer le chef de toute cette organisation. Du moins… Le chef présumé… Alors il avait finit par reprendre la parole, laissant son poison s’échapper de sa bouche, ne s’inquiétant aucunement au fait qu’il pouvait le blesser. Cela faisait bien longtemps, qu’il n’avait plus assez de cœur pour s’occuper de la santé mental des personnes qu’il côtoyait. Même pour Jason… Même pour Anastasiya.

Marlen fit un mouvement avec sa dague pour dégager la lame de Blade, pour se mettre en garde, ayant à l’idée de finalement débuter le combat, d’y mettre les trips, d’y mettre tout ce qu’il avait pour le combattre, pour essayer de le vaincre, mais l’aveugle n’attendit pas, et recolla aussitôt le fer contre le sien, bloquant ainsi toute tentative de sa part. Ils étaient ainsi bloqué. Chacun menacé par l’arme que tenait l’autre, même s’il fallait l’avouer, Blade avait l’avantage au vu de la longueur de son arme. Mais ce n’était pas quelque chose qui effrayait le Russe. Marlen avait de l’expérience. Marlen c’était spécialisé dans les armes courtes. Plus légère, plus rapide… Et surtout facile à cacher.
Silencieux, il fronça les sourcils lorsque l’autre reprit la parole… Alors comme ça, il l’avait vraiment cherché ? Il le croyait mort ?… Il écouta ses mots, continuant de le fixer intensément, gardant un air neutre, malgré ses doutes. Alors ils lui avaient fermé toutes les portes… Pas étonnant… Non vraiment pas étonnant… Puisque tout ces maux étaient dut à son accident. Tout ce qui lui était retombé dessus, c’était par sa faute. Enfin. Le brun le voyait de cette façon, même s’il se mettait tout de même une part de responsabilité sur les épaules… Tout lui avait échappé depuis l’incident. Il le savait. Il le regrettait aussi. Amèrement.

- Je le suis. Je suis mort Blade… Depuis trois ans…

Sa voix était resté basse, ses mots évasif… Il ne rajouta rien de plus là-dessus, n’ayant pas envie de s’étaler… Que pouvait-il dire de plus la dessus de toute façon ? Quand Arthur c’était réveillé, il était déjà partie. Il avait déjà plongé dans l’histoire qui l’englobe depuis trois ans. Il avait déjà commencé à ce noyer dans cette obscurité qu’il combattait autrefois, qu’il détestait. Il avait déjà tâché ses mains aussi. Et avait déjà perdu tout espoir en l’humanité… Alors il garde le silence, et dégage de nouveau sa lame, pour tenter d’attaquer mais l’aveugle recule pour se dégager. Ainsi sa dague fend un instant l’air, et le Melikov se stop, fixant cet homme qui ne semblait pas vouloir se lancer dans l’affrontement…

Blade reprend la parole. Après s’être de nouveau approché, leur lame tapant l’une contre l’autre, faisant reculer le Russe d’un pas. Leur visage est proche, et le son de la voix du nouveau champion de la ligue est assez basse… Il s’adresse à lui, et à lui seul. Des mots qui sifflent aux oreilles du Russe… Des mots qui atteignent enfin la cible que le champion essayait de toucher… Kenya… Que pensais Kenya de tout ça ?… Il a l’impression que son cœur s’arrête, un instant, avant de se rendre compte que ses battements ont doublés de rythme sans qu’il ne puisse le calmer… Pourquoi ? Pourquoi avait-il fallut qu’il lui dise ses mots là ?!… Oui… Bien sûr qu’il se doutait qu’il lui poserait cette question… Mais jamais il ne c’était rendu compte que ça l’aurait touché autant…
Dans un mouvement de rage soudain il appuie sur sa lame, envoyant balader Blade en arrière. Ou plutôt, essayant de le faire. Son geste brasse de l’air, son adversaire c’est dégagé bien avant qu’il ne finisse par réagir. Marlen manque de perdre l’équilibre dans le geste mais se rattrape assez vite, reculant dans la foulé pour se tenir loin de lui. Il resta silencieux un instant, fixant l’aveugle qui venait de se prendre la tête, ne semblant pas à son aise… Alors lui aussi n’était pas en pleine possession de ses moyens… Enfin… Il ne prit même pas la peine de le détailler à ce niveau là, ni même de comprendre pourquoi… Non. Il avait mal au cœur. Il savait que Kenya n’approuverait pas…

- Laisses la en dehors de tout ça… LAISSES KENYA HORS DE TOUTE CETTE HISTOIRE !

Il hausse le ton, craques sur le coup, avant de prendre appuie pour s’élancer en avant, sa lame sifflant dans les airs alors qu’il tente de l’attaquer de front. Ou presque. Il feint l’attaque, mais se laisse glisser sur le sol, pour venir tenter de tacler son adversaire. Une fois l’action faites, sans même réellement se rendre compte de s’il l’avait touché ou pas, il se redresse, et envoie son arme en direction de son ancien ami, voulant le taillader directement à l’épaule qui tenait son arme. Mais… Leur lame se fracassèrent l’une contre l’autre, une nouvelle fois, et le combat fut stoppé aussi soudainement qu’il avait débuté… Ses mains tremblent, faisant tremblé son arme contre le métal de l’épée adverse… Il tente de fixer son adversaire dans les yeux… Du moins ses lunettes… Mais il finit par fermer les yeux, baissant la tête…. Sa force se faisant de moins en moins ressentir, faiblissant à vue d’œil… Sa blessure, et tout ce qui lui retombait dessus n’y étant pas étranger, loin de là…

- Pourquoi est-ce qu’il a fallut qu’ils t’envoient toi…- Il laisse échapper un soupir… Il le savait… Il le savait qu’il n’aurait pas réussi à garder son calme face à lui, à garder son air neutre, son sourire mystérieux… Car après tout…. Tout avait commencé à partir de son accident… Tout avait commencé à s’écrouler lorsqu’il c’était retrouvé à l’hôpital… Alors il reste immobile, silencieux, un instant, avant de reprendre, d‘une voix plus basse, tremblotante… - Elle… Elle est morte Blade… Il y a trois ans… Elles sont morte… Je n’ai plus de soleil Blade… Je suis mort avec elles cette nuit-là, je suis condamné à l’obscurité…

Il ferme les yeux, se mort un instant la lèvre inférieur, avant de se redresser, de reculer de quelques pas la douleur revenant autant dans son cœur, qu’au niveau de cette blessure qui c’était très certainement rouverte…

- Vas t’en… Vas t’en et dis aux autres d’en faire de même… Laissez moi tuer ce type ! Barrez-vous et laissez mes hommes tranquilles. Je n’aurais aucun scrupule à vous tuer s’il le faut.

Si sa voix restez tremblante sur le début, il se reprit assez rapidement, laissant son ton devenir plus dur, plus sec. Il n’hésiterait pas… Oh ça non… Ce n’était plus une mission maintenant à ses yeux, et c’était bien ça qui effrayait Jason. Le balafré avait déjà essayé de l’en dissuader, mais c’était ravisé lorsque le Brun avait manqué de le tuer alors qu’il c’était mit en travers de sa route… Sans vraiment s’en rendre compte, Marlen avait glissé sur un sentier des plus dangereux, et avait au final allumé un incendie, plutôt qu’un petit feu pour attirer sa proie… Il c‘était lui-même mit en danger, mais ne semblait décidément pas s‘en rendre compte… Non… En fait tout ce qui comptait pour lui, c‘était d‘en finir. De bousiller cet homme, son entreprise, tout ce qu‘il a put faire, avant de l‘achever de ses propres mains.

_________________


T-Card
~ Un Thème
"Je suis sans pitié, sans scrupule,
Sans compassion, sans indulgence,
Pas sans intelligence.
"
[Kill Bill: Volume 1]
Revenir en haut

Arthur Stockton

Ligue 4



Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 2 092

Région: Hoenn, Johto.
Pokédollars: 83 776
T-Card: URL


MessagePosté le: Mar 9 Juil - 12:19 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

Il avait mal, car c'était ce qu'apportait la vérité. Il avait l'impression d'être un pion au centre d'un jeu auquel il n'avait pas envie de participer. Arthur Stockton, champion de la Ligue croisait le fer avec un de ses meilleurs amis. La construction de cette phrase était grammaticalement juste et pourtant elle avait un sens étrange. Pour quiconque connaissant une des deux vies du jeune homme, l'organisation de cette phrase n'était pas juste. Blade Jameson, cet homme aux cheveux de jais, discret mais sociable, tellement secret. Jamais sa vie n'était présentée, jamais ses sentiments n'étaient trop marqués, même si tout le monde savait finalement qui il portait ou pas dans son cœur, il restait neutre, fort. Un puissant combattant au passé trouble, un homme semblant être fait pour porter des idéaux, pour mener des actions à terme. Arthur Stockton, le blond de bonne famille, le garçon à l'identité connue par tous,, le bourgeois gentilhomme, l'apprenti star, le visage clair illuminé par les flashs et les projecteurs depuis toujours. L'enfant qui n'aurait pas fait de mal à une mouche, le garçon qui avait touché à tout avec talent dès son plus jeune âge et voulait devenir président ou globe trotteur. Ces deux personnes ne faisaient qu'une, la part de lumière, la part d'ombre. Elles étaient maintenant confondues suite à un désastreux accident qui avait anéanti plusieurs vies sur son passage. Une explosion, un raz de marée s'était déclenché ce jour-là. Il l'avait pris de plein fouet mais n'était pas la seule victime. Tout ce que l'on avait décidé de lui cacher s'était empilé pendant des années tel un mur qui lui faisait face à présent et menacer de s'écrouler sur lui pour lui faire comprendre le poids de toute cela, de toute cette injustice. Car l'injustice était partout. Pourquoi lui, pourquoi eux ? Il avait subi un crime, non, il était criminel. Il avait voulu jouer mais avait perdu, sa vie, jusqu'ici une réussite, avait sombré dans l'échec. Le seul échec. Impossible à surmonter, mais avec lequel il allait maintenant devoir vivre.

Le retour dans ce mélange de personnalité avait été des plus délicats, évidemment. Comment se défaire de ces deux personnalités, comment imaginer un seul instant le mal qui pourrait être causé avec tout cela ? Il s'était laissé guider. Devenu incapable et impuissant, il avait été pris en charge complètement, assisté après s'être confronté à sa nouvelle nature. Il avait sûrement été difficile de l'intégrer à nouveau à la Shadow's Path. Il avait été sûrement difficile d'expliquer à tous la suite des opérations. Il avait été sûrement difficile de leur faire comprendre, de leur faire intégrer que la vie de ce jeune homme n'avait été qu'un mensonge. Il avait été sûrement difficile pour eux de le pardonner. Il avait été sûrement difficile pour Marlen de s'en aller. Encore plus de lui faire face.
Il fallait que Blade réagisse, sinon il pourrait réellement se faire tuer. C'était là le plus dur, lutter contre Marlen avait été drôle des années plus tôt, quand il s'agissait d'entraînement avec des armes factices, quand l'enjeu était de la nourriture, quand ils s'amusaient. Ils étaient parfois rivaux à l'époque, avec un esprit de compétition important, Maintenant, on ne pouvait être sûr de rien, l'enjeu amical n'existait plus. L'amical n'existait plus, il n'y avait là que deux hommes qui avaient sombré, s'affrontant comme si c'était la dernière chose à faire dans leur vie. Ils étaient pourtant formés, habitués au combat, pourtant tous deux n'agissaient pas avec la mécanique habituelle. Arthur était trop troublé pour se donner à fond, il ne faisait que repousser les attaques, attaquant mollement pour ne pas se laisser avoir, quant à Marlen, si Arthur avait été dans son état normal, il aurait bien sûr compris qu'il était en état de fatigue avancé, que son corps portait déjà les stigmates d'un combat harassant et qu'il n'était pas en pouvoir de se battre.

Il continuait à lui parler, à vouloir savoir. Oui, peu importe son impertinence, il fallait qu'il sache, qu'il comprenne ce qu'il s'était passé, qu'il apprenne la vérité. Mais Marlen lui dirait-il ? Lui qui avant était Hermès, un des meilleurs agents de son organisation, s'il était passé de l'autre côté alors il n'avait plus aucun intérêt à lui avouer tout cela alors qu'il était passé de l'autre côté ? Arthur n'était plus sûr de rien, il avait perdu son calme légendaire, il parlait avec une voix d'un ton inégal, il posait une suite de questions, il mâchait des mots, lui qui avait d'habitude une élocution parfaite. Les réponses vinrent, il était mort ? Que s'était-il passé ? Pourquoi en est-il arrivé là ? Le mot sortit, le nom, Kenya, sa femme. Il n'y avait pas pensé tout de suite, mais là c'était évident, elle devait être aussi mêlée à tout cela. Marlen avait toujours était plus constant à ce sujet-là par rapport à lui, il avait une femme, une fille. Il n'avait pas pu les mettre de côté, il l'avait toujours gardée près de lui, il avait toujours été clair sur ses sentiments. Blade lui s'était toujours montré secret et maintenant il avait perdu Emma. Seulement, l'expression du visage de Marlen finit par changer, alors qu'Arthur perdait pied, que les images de son dernier vrai combat lui revenait, il entrevit l'expression du jeune homme avant que sa voix ne se hausse et ne devienne cri.

Le combat reprit, cette fois plus difficile, plus enragé. Arthur se laissa surprendre, manquant de tomber et de se faire toucher par la lame de son ami qu'il entendit fuser vers lui. Il lui fallait tenir bon, ainsi il redressa sa lame pour contrecarrer, retournant en position de départ. Il sentit alors les mains de Marlen trembler.
Son expression, il baisse la tête. Marlen, pourquoi ?
Le jeune homme l'écouta, son ami avait reprit la parole, son ton laissant passer la douleur de son âme au travers. Puis les paroles eurent un sens, qui se forma comme un puzzle dans l'esprit d'Arthur. « Elle est morte, elles sont mortes. » Non. Ce n'était pas possible.
L'incompréhension. Le doute s'installait, toujours plus pernicieux, plus profond. Il le laissait sans voix, sous le choc. Le malaise devenait de plus en plus présent. L'idée s'était insinuée dans son esprit, avait germé pour s'étendre, grandir et prendre une place bien trop importante. Si jamais il la laissait, elle prendrait le contrôle, son mental s'enfoncerait à nouveau dans cette mauvaise passe.
    « Non... »
Une erreur, une seule erreur dans toute sa vie avait-elle pu vraiment changer tant de choses ? Une migraine terrible assaillit le jeune homme qui baissa le niveau de ses lunettes par réflexe, d'un simple murmure « camera off » alors que les stimuli vers son cerveau s'estompaient. Plus rien, que le noir et cette lancinante douleur. L'espoir n'était plus là, il l'avait perdu en même temps que ses certitudes. Ses mains sont refermées sur son arme, elle tremble comme jamais auparavant.
    « Non ce n'est pas possible. »
Arthur resta en garde, immobile alors que Marlen avait reculé de quelques pas, lui intimant de s'en aller. Son échec avait-il réellement entraîné d'autres pertes ? D'autres actions avortées ? Pourquoi s'était-on autant reposé sur lui ? Pourquoi tout avait changé, tout avait basculé ce jour-là ?
    « Emma... »
L'image de la jeune femme lui revint alors qu'il tentait de se ressaisir, il ne pouvait pas croire que la femme et la fille de Marlen était morte, que son ami avait perdu ses raisons de vivre.
    « Reviens avec nous Marlen. On peut capturer Alan ensemble ! On aurait dû le faire ensemble... »
Au commencement de sa phrase, un bruit sourd apparut en arrière plan, une moto qui arrivait vers eux. Leon, en quelques secondes la moto arriva derrière Arthur qui ne broncha pas, il voulait convaincre son ami, comme il essayait de reconstruire les morceaux. On lui avait menti, Leon lui avait tout caché.
    « Blade, tu montes, tu n'as rien à faire ici.
    - Tu étais au courant !
    - Blade, arrête ! Marlen n'est plus dans ton équipe, tu rentres ! »
Les mains tremblantes, la douleur s'intensifia. Il était perdu, il avait tout perdu. Jusqu'à la confiance de Leon alors qu'il refusait ses ordres, jusqu'à la confiance qu'il avait pour Leon, pour Mike, pour tous les membres de son équipe alors qu'ils lui avaient tous menti.
    « Arrêtez ! »
Cette voix... Celle de Jason. Était-il le seul survivant ? Arthur ne savait plus qui croire à présent, qui suivre. Etait-il seulement en vie ?
_________________


I have to thank you, for helping me realize two things…
First, if I don’t acquire absolute strength, then everyone around me will suffer too much damage…
And secondly, so far, I’ve just been an unrefined fool who lacks sufficient resolution…
But letting trash like you live would truly be a sorrow for untold thousands.
I’m aware that the deaths of my comrades are in the past, and there’s no need for me to swing my sword…
BUT I’LL MAKE AN EXCEPTION THIS TIME!

Thème Arthur - selon Sidney // The Rasmus - Shot

(Un grand merci à Elisa A. Kanes ! Pour touuut. Et à Iago pour l'avatar ! :) )
#660000 Arthur
#336699 Leon
#336666 Mike
Revenir en haut

Marlen Melikov

Dresseur Johto



Inscrit le: 09 Juil 2012
Messages: 240

Région: Johto
Pokédollars: 3 051
T-Card: URL


MessagePosté le: Jeu 1 Aoû - 22:53 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

La douleur… La douleur ne le lâche plus. La douleur autant physique que moral ne semble plus vouloir le quitter. Il a le cœur déchiré, il a ses plaies qui saignent de nouveau, son Teeshirt rouge se teintant légèrement… Il en a trop fait, il le sait, mais il ne veut pas voir tout ces efforts tomber à l’eau, même si Alan l’avait déjà bien entamé. Il avait absolument tout prévu. Excepté le fait que le braconnier adversaire semblait le manipuler depuis le début. Et surtout, qu’il avait envoyé cette équipe directement dans les filets des rangers. Dans leur filet… Principalement. Son regard terne c’était posé sur son ancien ami, alors que de multiple pensés se bousculaient dans son esprit. Pourquoi… ? Pourquoi est-ce qu’ils ne lui avaient rien dit ? Pourquoi est-ce qu’il n’était au courant de rien ? Il avait surement été le seul à ne pas l’avoir traité de menteur, de connard, et tout ce qu’il pouvait imaginer. Il n’avait rien dit. Même s’il avait été blessé de n’avoir jamais été mis au courant vis-à-vis de cette double vie. Alors que les autres s’éclaffait, lui était resté silencieux. Soutenu par sa propre famille. Kenya le lui avait dit qu’il devait avoir ses raisons. Alors même s’il avait voulut lui mettre un poing en pleine figure ce jour là… Il c’était ravisé, parce qu’il était convaincu que sa femme avait raison. Mais la suite ne c’était pas du tout dérouler comme il ce l’était imaginé. Oh non…

Il avait baissé le regard, les mains tremblante toujours autant, sans pour autant lâcher son arme. Il c’était assez reculé, avant de porter la main sur sa poitrine, serrant son Teeshirt à l’endroit où le sang se rependait lentement… Il avait fait le con. Il le savait. Mais il s’en fichait. S’il devait mourir ici… Il savait que Blade ne laisserait pas passer ça. Il savait qu’Alan serait bien plus condamner qu’il ne l’était actuellement… Il releva cependant la tête lorsque l’aveugle repris la parole. Revenir ? Combattre Alan… Ensemble ?… Il voulut rétorquer, mais un bruit de moteur avait décidé de briser le silence. De briser ce silence de mort, signifiant que leur entrevue arrivé à son terme. Surement. Il recula encore d’un pas, lorsque l’engin s’arrêta, et que la voix de Léon ce fit entendre. Léon. Cela faisait longtemps. Hermès se mort alors les lèvres… Oui… Il n’était plus avec eux. Depuis ce jour là. Ou presque. Il avait quitté ce groupe. Il en avait rejoins un autre… Un autre groupe qui le menaçait depuis peu d’ailleurs. Il le savait. S’il avait été pendant longtemps un des meilleurs, il faisait partie des Wattouat noir maintenant. Il était condamné d’avance. Il avait échoué au laboratoire. Il avait dut tuer une innocente pour survivre… Pour continuer… Pour avoir ce qu’il voulait. Il avait brisé le contrat. A la fin de tout ça, il sera Exécuté. Par les mains de celui que l’on appelait La Fouine. Par Desya et sa dragonne aux couleurs de la nuit. C’est ce qu’il avait choisi. Loin des yeux, loin des oreilles. Jason n’était pas non plus au courant. Seul son bourreau et le chef du groupe le savait. Tout était resté secret. Loin de tout.

- Oublie moi Blade… Continu ta route, la mienne s’arrête ici. Je ne peux plus continuer…

Il se demanda un instant si l’autre comprendrait. Surement. Certainement… Ils c’étaient toujours très bien compris. Lors des missions. Lors de leur discussion… L’air de rien… Tout ça lui manquait. L’ambiance d’antan… Marlen aurait aimé pouvoir empêcher tout ça. Avoir une machine à remonter le temps, à tout stopper, à tout arrêter… Enfin… A quoi bon ?

- Arrêtez !

Le brun relève aussitôt les yeux et les poses sur le grand balafré qui venait de faire irruption. Son garde du corps. Son ombre aussi. En quelque sorte. Jason observa un instant le Russe, avant de tourner le regard pour apercevoir Arthur, et Leon. Il en resta choqué durant un instant. Le temps que Marlen comprenne qu’il n’était pas venu seul. Anastasiya l’accompagnait…

- Marlen… Pourquoi ? Tu aurais dut me laisser faire ! Tes blessures ne sont même pas cicatrisé… Tu n‘avais… aucune chance…- Le chauve baisse la voix sur la fin de la phrase, ayant l’impression de comprendre…
- Je ne suis pas idiot.

La réponse ne fit que renforcer ses doutes. Jason venait de comprendre, que le Russe avait tout agencé pour attirer le groupe à lui. Sans prévoir l’arrivé d’Arthur cependant, ça c’était certain….
Marlen finit par secouer la tête, lâchant son torse, sa main étant à présent ensanglanté… Il reporte son regard vers Arthur, bien que sachant que celui-ci ne pouvait plus le voir. Il n’était pas dupe. Il avait parfaitement bien compris ce que son « Camera off » signifiait.

- Relâchez mes hommes… Et quittez ces lieux… Et n’espère pas me revoir un jour Blade, c’est finit, je ne reviendrais pas. Je ne suis plus des votre, et je ne le serais plus. Alan est ma cible. Je le pourrirais jusqu’à ce qu’il se fasse avoir. Vivant ou Mort. Tu n’as pas à te mêler de ça. Je suis le seul responsable, je serais le seul à terminer tout ça.

Il avait tenté de garder une voix calme, et sereine. Une voix qui se voulait-être sûr de ses dires aussi, alors que son corps continuait de trembler, accaparé par la fatigue, et la douleur. Mais pourtant.. Pourtant… Dans le fond on pouvait sentir une petite chose ébranlé. Il ne croyait déjà plus lui-même à sa possible victoire. Alan avait plusieurs longueur d’avance. Il avait déjà finit par se convaincre que tout était finit pour lui. Que son unique arme, ne pourrait frapper qu’après son trépas. Il en était convaincu…

_________________


T-Card
~ Un Thème
"Je suis sans pitié, sans scrupule,
Sans compassion, sans indulgence,
Pas sans intelligence.
"
[Kill Bill: Volume 1]
Revenir en haut

Anastasiya Volakov

Dresseur Johto



Inscrit le: 15 Juil 2012
Messages: 56

Région: Johto #
Pokédollars: 5 150
T-Card: URL


MessagePosté le: Mar 10 Sep - 21:52 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

- Ana', va à l'autre campement avec Jason, surveille qu'ils fassent bien leur travail.
- Là-bas ? Mais, Marlen...
- C'est un ordre.

La demande était brusquement tombée, et la voix du braconnier était aussi tranchante que pouvait l'être la lame de sa dague. Anastasiya trembla pendant quelques instants, peu habituée à un tel ton venant du braconnier, et baissa finalement la tête, acquiesçant d'un geste timide, intimidée. Marlen haussait rarement la voix sur elle, et la jeune femme avait pris l'habitude d'être familière avec lui, toujours présente, se sentant chouchoutée... Mais les derniers événements en date avaient changés beaucoup de chose, et elle sentait qu'il valait mieux ne pas désobéir à un ordre direct venant de sa part, même si elle ne voulait pas s'éloigner de lui. Au fond, Ana sentait que quelque chose ne tarderait pas à arriver, et elle avait peur pour lui... Etait-ce une simple impression, ou quelque chose de plus profond, la jeune femme aurait été à l'heure actuelle incapable de le dire, mais elle ne voulait pas partir.

Une pression sur sa manche surprit l'amnésique, qui tourna la tête brusquement pour faire face à Magneto, son Girafarig qu'elle n'avait pas entendu s'approcher. Silencieux, il l'a tira jusqu'à son vélo et se stoppa, rentrant de lui-même dans sa pokéball comme il en avait pris l'habitude, en se servant de ses pouvoirs psychiques. Regardant une dernière fois Marlen, son sauveur, l'homme pour lequel elle donnerait sans sommation sa vie si cela pouvait l'aider, la jeune femme aux cheveux blancs enfourcha son vélo et suivit Jason, qui s'éloignait déjà...

###

Le trajet fut rapide, Ana' ayant beaucoup moins de problèmes d'endurance qu'à ses débuts, mais une fois arrivée à destination, elle laissa tomber son vélo contre un arbre et s'assit à la lisière du campement, n'ayant aucune volonté, malgré l'ordre émis par Marlen. Au fond, elle se doutait qu'il avait dit cela uniquement pour l'éloigner de lui... Et si Jason n'avait pas été là, elle ne serait jamais arrivée jusqu'au second campement. D'ailleurs, celui-ci ne semblait pas prendre en compte l'ordre émis par le braconnier, et laissa l'amnésique faire comme bon il lui semblait, ce qui accentua les doutes émis dans l'esprit de la jeune femme... Mais pourquoi ne voulait-il pas d'elle ?

Le temps passa ainsi, sans qu'elle n'y prête guère attention. Seule, ses pokémons tous rentrés dans leur pokéball contrairement à son habitude, la jeune femme fixait la forêt qui s'étendait à l'extérieur du camp, sans se soucier de ce qui pouvait se passer autour d'elle, se demandant ce qui se passait, derrière ces arbres... Allait-il bien ? Cette question la taraudait sans cesse....

Un mouvement brusque, ou plutôt une apparition, l'a fit sursauter. Un homme était apparut plus loin dans le campement, directement auprès de Jason. Ils discutèrent pendant quelques secondes, puis il disparut de nouveau. Elle le reconnut, se redressa aussitôt. Jason n'avait pas attendu pour aller jusqu'à son vélo, commençant déjà à s'éloigner du campement... Anastasiya comprit aussitôt où il se rendait et son coeur manqua un battement, se demandant s'il s'était passé quelque chose de grave... Sans attendre, elle se retourna, attrapa son vélo et l'enfourna, traversant le camp comme une flèche, sans se soucier de quelques hommes qui tentaient de la stopper. Elle disparut entre les arbres, suivant la trace de Jason, le rattrapant doucement, tout en gardant une marge, ne voulant pas se faire repérer...

###

Lorsqu'elle arriva sur les lieux du premier campement, le calme l'a prit à la gorge. Mais malgré ce silence, l'atmosphère était lourde, oppressante, et son coeur manqua cette fois plusieurs battements lorsqu'elle se rendit compte que Marlen ne semblait pas allait bien... L'une de ses mains était agrippée à son teeshirt et même de loin, elle était certaine de le voir trembler... Et il y avait un autre homme devant lui, armé... Mais heureusement, de ce qu'elle voyait, il n'y avait pas de sang... Pourtant, Marlen ne semblait pas aller bien... oubliant toute discrétion, Jason s'étant déjà rapproché de leur ami, elle laissa tomber son vélo et se rapprocha en courant, sa longue chevelure blanche traînant derrière elle.

- Marlen !

Sans se soucier des inconnus, n'ayant de toute façon aucune conscience du danger l'entourant, la jeune femme à l'allure enfantine finit sa course contre Marlen, ses mains l'étreignant le long de son ventre, prête à servir de bouclier pour lui si la situation le demander... Ses yeux azurés glissèrent alors sur Arthur, avant de se rendre compte d'un détail...

- Tu saignes... ? La peur l'étreignit aussitôt à la vue du liquide vital coulant sur sa peau. Une colère sourde monta en elle en quelques instants, son humeur changeant brusquement. Qui t'as fait ça ?

Sa voix était devenue froide, et nul doute qu'elle aurait tiré sur presque toutes les personnes présentes si elle avait eu une arme... Bonne initiative du braconnier, de ne rien lui confier de dangereux...
_________________

Revenir en haut

Arthur Stockton

Ligue 4



Inscrit le: 10 Juil 2012
Messages: 2 092

Région: Hoenn, Johto.
Pokédollars: 83 776
T-Card: URL


MessagePosté le: Sam 21 Sep - 22:16 (2013)    Sujet du message: Au son des Tambours Répondre en citant

L'angoisse avait gagné le champion. Il n'était plus Blade Jameson, pas plus qu'il n'était redevenu Arthur Stockton. Il n'était maintenant que l'ombre de lui-même, un être incomplet sans ses souvenirs, sans sa vue. Il ne savait même pas exactement ce qu'il voulait pleurer. La disparation d'Emma, de Jorge ? Il ne savait même pas exactement ce qu'il ressentait pour eux, il n'y avait que du vide dans son esprit et son cœur. Et pourtant. Cette douleur se diffusait dans tout son corps, la migraine s'intensifiait et lui faisait perdre l'équilibre. Emma... Le visage réapparaissait, ce visage torturé, pourquoi avait-il si mal en la voyant ? Il refusait de suivre Leon, il tenait toujours son arme, mais à présent, un enfant aurait pu contourner sa garde, aurait pu lui faire tomber son arme.
    « Je ne t'oublierai pas ! »
Il avait crié d'une voix rauque, cassée, ses mots s'embrouillant dans sa gorge. Puis le déclic et les mots qui le ramènent à la réalité. Il leva la tête vers ce qui devait être son ancien ami, l'odeur du sang commençait maintenant à percer ses narines. Il voulut répondre quand Jason apparut. Jason, depuis combien de temps ne lui avait-il pas parlé ? Il l'entendit se diriger vers Marlen, les deux discuter, parler de blessures, du fait qu'il n'avait aucune chance... Était-il venu exprès à la mort ? Avait-il souhaité ce combat, cet affrontement entre eux ? Avait-il voulu en finir maintenant, qu'il l'oublie vraiment ? Non, il ne pouvait pas penser que cela avait été prémédité.
Il s'accrochait alors, essayant de préserver ses appuis fixes sur ses deux pieds. Il ne devait pas chuter, ne devait pas faillir. La voix de Jason l'avait comme éveillé, il savait le jeune homme fiable et bon. Lui non plus ne devait pas vouloir que le sang soit versé cette nuit. C'est alors qu'une autre voix apparut, d'autres bruits de pas. Une jeune femme approcha, apostrophant Marlen et s'inquiétant instantanément pour lui. Leon, de son côté, venait de rejoindre Arthur avec la ferme intention de le ramener.
    « On ne peut pas rester là. »
Il avait posé la main sur son épaule mais le champion s'en était aussitôt dégagé. Il ne comprenait plus aucun de ses amis. Pourquoi Marlen avait-il été si violent, pourquoi Jason ne se rapprochait pas plus d'eux, pourquoi Leon, Mike, tous les autres lui avait caché cette vérité ? Marlen avait dû être tellement seul... Comment avaient-ils pu le laisser tout seul ?
    « Je ne suis pas sûr de vouloir rentrer dans ton camp.
    - Ne fais pas l'idiot. Marlen et Jason ne sont plus dans notre groupe. Ils pourraient nous abattre si on met en péril leur mission.
    - Comment ? Comment oses-tu dire ça ? Tu n'as aucune considération pour eux ? »
La fureur le crispait maintenant, ses muscles étaient durcis, sa poigne plus franche, sa voix plus tranchante, il réajusta ses lunettes pour voir Leon, puis brandit son sabre en sa direction. Il savait Marlen en danger et il était malgré tout un de ses coéquipiers, ils avaient vécu trop de choses ensemble pour que ça se termine ainsi. Cela ne voulait plus rien dire. Pourquoi Marlen serait autant mis de côté alors que lui avait été sauvé ? Sur quoi se basaient-ils ? Se pouvait-il que son ancien ami ait d'un coup bafoué l'honneur de Shadow's Path ? Arthur était totalement perdu dans cette histoire, incapable de comprendre tout ce qui s'était passé. Ses souvenirs semblaient recommencer à se former, mais pourtant il ne comprenait pas et un malaise s'emparait de lui, il ne savait pas comment s'en sortir, quoi faire. Sa vie semblait avoir basculé une nouvelle fois du mauvais côté et Arthur, impuissant, avait la désagréable impression de n'être qu'un pantin que l'on tirait avec différents fils.
Il s'était retourné contre Leon comme une ultime défense, en sachant pertinemment que ce n'était pas la chose à faire. Ses actes étaient vains, d'autant que Leon n'était pas du genre à se laisser faire, il était évident que son agent qui était à la fois son chef dans l'équipe ne le laisserait pas agiter son sabre dans tous les sens sans aucune mesure.
    « D'accord. Tu fais n'importe quoi.
    - TU fais n'importe quoi, depuis quand laisse-t-on des équipiers sur le bord du chemin ?
    - Ils ne sont PLUS nos équipiers ! Ne cherches pas plus loin, ta mission est terminée. »
Leon sortit lui-même son bâton pour s'opposer à Arthur, avant que d'autres bruits se fassent entendre.
    « Nous n'avons plus le choix. Reviens ou ils arrêteront tout le monde, ils les tueront aussi sûrement. Viens, nous réglerons ça par la suite. »
Il savait qu'il disait la vérité. Marlen était devenu l'individu à stopper, mais il ne se laisserait pas capturer facilement par les soldats de Shadow's Path, pas maintenant qu'il s'était fixé un but, surtout que ce n'était pas n'importe lequel. La réflexion ne dura pas longtemps, Leon se faisait plus pressant et Arthur, dégoûté, finit par ranger son arme lentement.
    « Nous partons. Mais ne compte pas sur nous pour relâcher les autres, il faut que ça cesse Marlen. »
Le champion ne savait plus trop où il en était, sa migraine l'étourdissait au point que les images envoyées à son cerveau n'étaient plus nettes. Il finit par recouper le système et se sentit tomber. Ses jambes s'étaient soudainement affaissées sous son poids, victimes de tout le mal qu'il avait perçu au cours de ce combat. Vite, Leon l'attrapa et l'aida à se relever, lançant un seul regard en arrière à Marlen, ne pouvant pas dire un mot devant Arthur. Il l'aida à s'asseoir sur la moto, avant de démarrer pour fuir jusqu'au van de Mike.
Arthur laissait derrière lui ses vieux amis en mauvaise posture, Marlen blessé, physiquement et mentalement, plus que jamais. Il souhaitait évidemment le revoir, l'aider, mais c'était impossible avec Leon et cette jeune femme. La douleur toujours présente des images manqua de le faire s'évanouir quand Mike le réceptionnait dans le van, on lui donna immédiatement des calmants et il plongea dans un profond sommeil, dont il sortirait plus énervé et confus que jamais.
_________________


I have to thank you, for helping me realize two things…
First, if I don’t acquire absolute strength, then everyone around me will suffer too much damage…
And secondly, so far, I’ve just been an unrefined fool who lacks sufficient resolution…
But letting trash like you live would truly be a sorrow for untold thousands.
I’m aware that the deaths of my comrades are in the past, and there’s no need for me to swing my sword…
BUT I’LL MAKE AN EXCEPTION THIS TIME!

Thème Arthur - selon Sidney // The Rasmus - Shot

(Un grand merci à Elisa A. Kanes ! Pour touuut. Et à Iago pour l'avatar ! :) )
#660000 Arthur
#336699 Leon
#336666 Mike
Revenir en haut

Contenu Sponsorisé









MessagePosté le: Aujourd’hui à 12:04 (2018)    Sujet du message: Au son des Tambours

Revenir en haut
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet


Page 1 sur 1

Sauter vers:  



Suivez l'actualité du forum !

Master Pokémon (c) 2008 - 2013.
Toutes reproductions totales ou partielles sont strictement interdites.

Index | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com